La diaspora congolaise a répondu présent au colloque initié par Louis Aliot et organisé par la Fondation ENL

Face au silence médiatique qui entoure la situation au Congo-Brazzaville, Louis Aliot a organisé une conférence pour briser cette omerta et discuter des enjeux qui se présentent dans ce pays.

Cet évènement s’est déroulé, le mardi 10 novembre 2015, dans les locaux du Parlement européen à Bruxelles en présence de l’Observatoire Républicain pour l’Intégrité Citoyenne et l’Équité (ORICE), présidé par Marcus Kissa. Cette conférence a fait tout particulièrement écho aux dernières exactions orchestrées par Denis Sassou Nguesso lors du référendum du 25 octobre dernier. Une fois de plus, le président souhaitait modifier la Constitution afin de se maintenir au pouvoir.

Par sa prise de position incisive sur le pouvoir dictatorial et non légitime en place au Congo, Louis Aliot a su écouter une population en souffrance faisant l’objet de massacres, de répressions, mais aussi d’actes de torture. En saisissant le Président de la République française, ainsi que les institutions européennes, Louis Aliot a pris l’initiative d’un dialogue nouveau entre les peuples africains et européens.

À travers les échanges tenus entre les différents participants, l’idée selon laquelle l’avenir de l’Europe dépend directement de la stabilité du continent africain a été mise en lumière. Pour cela, la lutte contre les gouvernements dictatoriaux tels que celui de Monsieur Sassou Nguesso, au pouvoir depuis plus de 30 ans, est essentielle.

Dans ce cadre, il est indispensable de condamner avec fermeté le soutien des gouvernements européens et, plus particulièrement, celui de François Hollande qui a pris une position plus que douteuse face aux méthodes du président congolais. L’Europe doit aujourd’hui aider les pays africains à garantir les libertés publiques et individuelles avec pour objectif l’assainissement et la stabilisation du continent afin de permettre son développement et limiter ainsi la migration de ses peuples.

Louis Aliot s’est ainsi accordé avec la délégation ORICE et plus largement avec le peuple congolais, sur l’urgence d’une action européenne visant à libérer le peuple congolais de l’emprise d’un gouvernement criminel et corrompu. Le Front National représente en outre la seule voix politique française àprôner tant l’instauration d’un dialogue que la mise en marche d’une transition démocratique au Congo-Brazzaville. Cette initiative doit permettre le développement plus général de relations saines entre l’Europe et l’Afrique.

  • Consultez l’article du site Congo-liberty, cliquez ici