La France a-t-elle renoncée aux contrôles systématiques aux frontières nationales après les attentats ?

Louis Aliot interroge la commission européenne sur le changement de discours du Président de la République française concernant les contrôles systématiques aux frontières après les attentats du 13 novembre. Sous la pression de la commission européenne ?

Les attentats terroristes perpétrés à Paris le 13 novembre 2015 ont été d’une violence inédite avec plus de 120 morts. Ils sont revendiqués par des islamistes radicaux, certains de nationalité française et résidant en Belgique, d’autres provenant probablement, selon les enquêteurs, des dernières vagues migratoires en provenance de Syrie et d’Égypte.

La réponse de la France à ces attaques a été très claire dès le jour même, à savoir un rétablissement immédiat et automatique des contrôles aux frontières nationales. Hors à ce jour, les contrôles ne sont pas mis en place, notamment entre la France et la Belgique, contrairement aux engagements pris par le Président de la République.

A l’occasion du Congrès du Parlement réuni lundi 16/11/15 à Versailles, le Président a cette fois souhaité un contrôle renforcé aux frontières de l’Europe.

La commission européenne a-t-elle fait entrave à la décision initiale et si oui de quelle manière? D’autre part, la commission européenne prend-elle conscience des risques qu’elle fait encourir aux populations au prétexte du dogme de la libre circulation de l’espace Schengen ?