Le Front National s’étonne du silence de l’Elysée et de Matignon dans la situation politique post-électorale au Congo-Brazzaville

Après les événements dramatiques liés à la modification antidémocratique de la Constitution et constatant le peu de transparence du processus électoral présidentiel marqué par des pressions exercées sur les candidats de l’opposition ainsi que par la coupure des réseaux et des télécommunications durant le scrutin, il est impossible pour les autorités françaises de se cantonner à un silence complice.

Il y a quelques jours, des journalistes ont été agressés par les agents du pouvoir en place et certains leaders de l’opposition sont une nouvelle fois assignés à résidence sans pouvoir s’exprimer librement.

Un doute plus que sérieux existe donc sur la réalité des résultats entrainant une situation fragile et possiblement conflictuelle.

Nous rappelons que la stabilité institutionnelle et le respect de la démocratie sont des conditions essentielles au développement économique et social.

Nous rappelons aussi que les processus migratoires incontrôlés sont le plus souvent liés à des conflits entretenus ou initiés, de l’extérieur ou de l’intérieur, par des choix gouvernementaux hasardeux ou médiocrement intéressés, mais toujours contre les intérêts des peuples.

Afin que la situation ne dégénère pas, le Front National demande au Gouvernement français de prendre ses responsabilités en intervenant auprès de l’allié congolais pour que les choix du peuple soient respectés, les libertés défendues et les droits de l’opposition protégés.