Les rapports en faveur des migrants continuent de s’enchaîner au Parlement européen !

Les députés européens de la commission des libertés civiles ont approuvé aujourd’hui un rapport déplorable sur la politique d’asile européenne. Le texte vise à instaurer un système de centralisation des données au niveau européen pour permettre la relocalisation des migrants dans les États membres à travers l’instauration de quotas.

Un « dispositif législatif contraignant et obligatoire » pour les États membres est ainsi évoqué dans le texte, qui précise également que ces mesures doivent « prévoir la réinstallation d’un nombre significatif de réfugiés » par rapport au nombre total de migrants dans l’Union.

Le rapporteur du texte, la députée maltaise du Parti Populaire Européen Roberta Metsola, est même allée jusqu’à déclarer qu’il fallait encourager les États membres à exploiter les lacunes de leur marché du travail pour insérer les migrants ! Elle déplore également « l’effet domino » qu’a engendré la fermeture des frontières de certains États membres face à l’afflux de migrants depuis 2014.

Une fois de plus, la souveraineté des États est bafouée par la politique d’asile autoritaire de Bruxelles. Après la mise en place de la politique de quotas, l’UE appelle à l’intégration des migrants dans le marché du travail européen alors que le chômage et la précarité sévissent en Europe.