Exemption de visas entre la Chine et l’U.E. : les raisons pour lesquelles je m’y suis opposé

A l’occasion de la deuxième session plénière d’octobre 2016 au Parlement européen, était soumis au vote un accord entre la Chine et l’U.E supprimant les visas pour les séjours allant jusqu’à trois mois.

J’ai voté contre le rapport prévoyant l’accord relatif à l’exemption de visas de courts séjours entre l’U.E et la Chine pour les titulaires d’un passeport diplomatique, le rapporteur ouvrant clairement la voie à une exemption totale et réciproque des visas pour les titulaires d’un passeport classique.

Cette décision ne souhaite aucunement entraver les bonnes relations entre nos deux territoires mais il convient de soulever une problématique à laquelle la France et nos amis européens ont à faire face, à savoir l’espionnage industriel de masse de nos fleurons industriels, qui débouche comme chacun le sait aujourd’hui, à de la contrefaçon à grande échelle et à une concurrence accrue dans des domaines dont nous seuls avions le savoir-faire.

En effet, la Chine s’illustre en matière d’espionnage économique au travers de techniques quelque peu inattendues : un exemple récent nous montre comment chez Areva deux stagiaires de l’empire du milieu ont pu en toute impunité photocopier des milliers de documents, la direction ne découvrant la fuite qu’à cause d’une trop grande consommation de papier à un étage. Internationalisation oblige, les grands groupes français emploient de plus en plus de stagiaires étrangers, le gouvernement communiste a bel et bien décidé d’en tirer parti.

Par conséquent, il convient de ne pas faire d’angélisme en gardant un œil attentif sur les allers et venues de nos compatriotes respectifs, entre les territoires composants l’Union européenne et celui de la République populaire de Chine.

Les États de l’U.E ne sont pas les seuls concernés puisque les États-Unis sont régulièrement victimes de ce type d’espionnage, c’est ainsi qu’en janvier dernier, trois ressortissants chinois ont été inculpés pour avoir tenté de dérober des secrets commerciaux au groupe pharmaceutique GSK.