Lettre aux enfants de Harkis

Depuis sa création, il y a 45 ans, le mouvement politique auquel j’appartiens a toujours eu à cœur de défendre la mémoire et l’honneur de vos pères, les Harkis.

N’en déplaise à certains, le Front National s’est construit sur les décombres de l’Algérie Française pour laquelle nombre de nos ainés se sont battus jusqu’à la mort pour défendre ce que la France y avait construit et pour ceux qui ont versé leur sang pour que cette terre demeure française.

Comme beaucoup dans notre mouvement, je suis fier d’être un enfant de cette Algérie française. Dans mes veines coule cette histoire commune avec la vôtre, à laquelle, un jour un de mes aïeuls a décidé de s’associer.

Cette histoire, ces blessures, ces trahisons, ce sang versé sont l’ADN du Front National et plus personnellement la raison profonde de mon engagement politique.

Depuis près de 30 ans, j’ai, nous n’avons de cesse à toutes occasions de rappeler ce drame humain sans précédent dans notre histoire contemporaine et les plaies restent toujours béantes.

Il n’est pas une intervention dans les médias sans que j’en profite pour rafraichir la mémoire aux amnésiques des médias et de la bien-pensance. J’ai cela enfoui en moi et je ne trouverai pas la paix intérieure tant que la vérité historique ne sera pas écrite dans les livres d’histoire et les manuels scolaires, les blessures et sacrifices justement réparés.

J’ai souvent joint mes paroles aux actes en prenant régulièrement votre défense, ou en vous soutenant à diverses occasions. J’ai pris un des vôtres auprès de moi comme élu et j’ai soutenu beaucoup d’initiatives similaires.

Quels sont ceux qui vous ont fait des promesses électorales qu’ils n’ont jamais tenues ?

Pire, qui les ont bafouées par la suite, en vous humiliant lors d’honteuses séances de prosternation à Alger, auprès des héritiers des bourreaux de vos pères et de vos familles ? Sarkozy en 2007 ! Hollande en 2015 !

Puis en 2017, vient E. Macron, le candidat autoproclamé du système, qui lui fait carrément l’impasse sur les engagements pour passer directement aux injures et aux humiliations !

Nous n’avons jamais trahi les principales victimes de cette histoire tragique, harkis comme pieds noirs.
…/…
Nous n’avons jamais, à la différence de nos adversaires de droite comme de gauche, utilisé le vote rapatrié et harki comme « du bétail électoral ».

Cependant, ces jours-ci, comme lors de chaque campagne électorale, on nous reproche, injustement, de ne pas avoir formulé par écrit nos engagements concernant les Harkis et le monde rapatrié ? S’engager par écrit est-il pour vous une garantie ? D’autres l’ont fait, qu’en est-il depuis ?

Quand on n’évoque pas le sujet, on nous reproche de ne pas s’en préoccuper. Quand on fait le contraire, on nous taxe de récupération politique. Nous sommes en permanences les destinataires de gages ou plus encore d’attaques ou d’amalgames injustifiés.

Sur cette période dramatique de l’Histoire de France nous restons droits dans nos bottes !
Ce qui n’est pas le cas des socialistes, des communistes et des gaullistes !

Il faut comprendre que les français ont été tellement désinformés sur cette histoire qu’ils en ont une appréciation purement comptable et qu’ils ne comprennent pas aujourd’hui, en l’état actuel des choses, qu’il faille y consacrer de l’argent pour réparer presque 60 ans après.

SI nous n’avons pas le pouvoir un jour, nous ne pourrons jamais rétablir la vérité historique et vous obtenir la justice des mémoires comme celle des sacrifices du sang versé.

Lors d’une intervention récente dans les médias, j’ai répondu à une question sur mon rôle auprès de Marine Le Pen si cette dernière devenait Président de la république. Je réitère ici ma réponse :

« SI Marine Le Pen devenait Présidente de la République française, je m’occuperai personnellement de la réhabilitation du combat des Rapatriés et des Harkis qui n’a toujours pas été réglé par la France. Je redonnerai aux enfants de Harkis la fierté d’être Français. Ce qu’ils n’ont toujours pas aujourd’hui parce qu’ils ont été abandonnés et trahis par les socialistes et par la droite gaulliste !  »

C’est pour moi un engagement personnel fort, en adéquation avec mes convictions les plus profondes. C’est ma parole. Ma parole donnée. Celle que les mêmes responsables de l’époque comme leurs héritiers politiques n’ont pas respecté avec vos parents, nos parents.

Moi, je sais ce que cela représente. Et j’en serai le garant auprès de Marine présidente !

Cela fera l’objet d’une déclaration officielle de sa part fin mars.

Vous pouvez compter sur moi, comme sur Marine, sachez-le !

Louis Aliot